lundi 7 août 2017

5 août 2017

Source Le Monde.
Le président du Sénat, Gérard Larcher, qui a signé le 2 août le décret de nomination de l’ancien garde des sceaux au Conseil constitutionnel, a refusé vendredi 4 août l’entrée du Sénat aux policiers de l’Office central de lutte contre la corruption et les infractions financières et fiscales (OCLCIFF), le service dédié au parquet financier). L’affaire fait scandale : le deuxième personnage de l’Etat refuse l’exécution de l’ordonnance d’un juge. Gérard Larcher entend seulement transmettre au parquet les éléments qu’il juge nécessaire – quitte à nourrir du même coup toutes les suspicions sur « l’affaire » Mercier.

PuteauxHorizon2014/2020

Un scandale d'Etat !

Le Président du Sénat Gérard Larcher refuse l'exécution de l'ordonnance d'un juge , la perquisition n'a pu avoir lieu, surprenante attitude, personne ne peut se soustraire à une décision de justice même pas le deuxième personnage de l'Etat ,par cette décision , Gérard Larcher nourrit volontairement toutes les suspicions et questionnements sur "l'affaire" Mercier,
Le Président Larcher serait il atteint de macronie aigüe ? en agissant de la sorte, sa notoriété va être mise à mal.
Je me suis posé la question, quelles sont les raisons pour lesquelles Michel Mercier a obtenu la validation du Sénat pour sa nomination au Conseil constitutionnel alors qu'il était mis en cause, quelles sont les dessous de cette affaire qui sent le soufre ?
j'attends avec impatience le dénouement de cette affaire qui s'avère être un précédent au Sénat. 
Gérald Lambilliotte